Publié le

La supercherie de la méthode Tabata…

méthode tabata entrainement tabata programme

I TabataTabata, le célèbre inventeur de la non moins célèbre MÉTHODE TABATA est mort. En fait, ce n’est pas tout à fait juste, car il n’a jamais existé. Enfin, il a existé et existe toujours, mais il n’a jamais inventé la méthode qui porte son nom. Ça porte à confusion? Attendez de lire la suite…

Suite à un article publié dans LaPresse+, je me suis senti obligé de revenir sur le sujet de la fameuse méthode Tabata. Je dois l’avouer, je suis sérieusement agacé par toute cette histoire frauduleuse de la damnée méthode Tabata. Pour moi, il s’agit d’une arnaque. Voici pourquoi.

La méthode Tabata qui est utilisée en conditionnement physique prend la forme d’un entraînement en circuit où l’on effectue des exercices de musculation (avec appareils, TRX ou le poids du corps, etc.) pendant un bref intervalle de temps (20 s) accompagnés de repos très court (10 s). On effectue généralement entre 2 et 4 vagues de 5 à 10 intervalles. Après avoir fait tout ça, notre métabolisme est hyper élevé, l’oxydation des lipides est maximale, notre capacité aérobie décuplée et par-dessus tout on devient beau riche et célèbre. Wonderful!

En plus, cette méthode provient directement de l’univers de la science, les résultats ci-haut mentionnés ont été clairement démontrés dans une étude scientifique béton. Izumi Tabata a réussi à démontrer que la musculation à haute intensité pendant 20 s permettait d’améliorer la capacité aérobie, l’oxydation des gras et de changer la composition corporelle. Comment a-t-il réussi ce coup de maître?

Ce cher Dr Tabata a démontré tout cela en testant 2 groupes de cyclistes. Le premier groupe devait compléter pendant 6 semaines un entraînement en continu à intensité modérée (70 % de la capacité aérobie pendant 60 min, 5 jours par semaine) alors que le second devait compléter un entraînement par intervalles à haute intensité (170 % de la capacité aérobie, 7 ou 8 séries de sprints de 20 s avec une récupération active de 10 s). Le tout était bien sûr complété sur ergocycle et on a mesuré la capacité aérobie avant et après les 6 semaines d’entraînement. Bon, les puristes diront qu’on n’a pas mesuré la composition corporelle ou bien l’oxydation des substrats, mais à quoi bon? Tout le monde sait que la méthode Tabata permet de perdre du gras, ça crève les yeux. Quant à ceux et celles qui vont crier au scandale parce que l’entraînement était effectué sur ergocycle et non sur des exercices de musculation, je vous répondrai que ce n’est qu’un détail, car tout le monde sait qu’un vélo et un squat c’est la même chose. Tout le monde sait ça, non?

[signinlocker id=”9116″]
À lire également du Dr Kin:
On jase...

Tabata (exemple)

HIIT 1 (exemple)

[/signinlocker]

Voilà l’immense fraude de la « méthode Tabata ». Aucune des affirmations associées à l’article scientifique n’a été démontrée dans l’étude sinon l’amélioration de la capacité aérobie (mais avec un ergocycle, pas de la musculation). J’ai fouillé les entrailles d’Internet pour tenter de trouver la source de cette dérive marketico-pop-du-conditionnement-physique, mais sans succès. Quelqu’un quelque part est franchement incompétent et confond musculation et cardio ou bien quelqu’un quelque part est un génie du marketing.

Que ce soit l’article dans LaPresse+ ou bien les informations sur un site « reconnu » de la méthode Tabata , la réalité demeure la même : les sources d’informations utilisées ont été mal citées, déformées et corrompues. Bien sûr, cela n’implique pas forcément que la méthode Tabata ne procure pas de bénéfice pour la santé ou la condition physique. Toutefois, il est essentiel de comprendre qu’aucune étude (à ma connaissance) n’a mesuré les effets de la méthode Tabata telle qu’employée en conditionnement physique. En analysant ce qui est  fait lors de ce type d’entraînement, je peux me permettre de spéculer que la capacité aérobie ne bougera pas d’un iota, que la force musculaire demeurera la même, qu’il y aura possiblement une légère augmentation de la puissance musculaire et que l’on pourra possiblement développer un peu d’endurance musculaire locale. En ce qui concerne la composition corporelle, la quantité infime de calories dépensées lors de ce type d’entraînement (quand on a recours à la musculation et non à un ergocycle ou à de la course) ne pèsera pas lourd dans la balance énergétique.

Le Dr Izumi Tabata, s’il le savait, serait le premier à rire (ou à rager) de l’utilisation perverse qui est faite de ses efforts académiques.  Cette métode d’entraînement est un exemple flagrant d’un manque de rigueur et d’esprit critique de la part de la communauté du conditionnement physique (je sais, je suis dur…). Je pense que l’on devrait changer le nom de la Méthode Tabata pour la Méthode Tabarn&*…

Pour ceux que ça intéresse, voici l’abrégé de l’article qui est le plus souvent cité en référence pour la méthode Tabata:

This study consists of two training experiments using a mechanically braked cycle ergometer. First, the effect of 6 wk of moderate-intensity endurance training (intensity: 70% of maximal oxygen uptake (VO2max), 60 min.d-1, 5 d.wk-1) on the anaerobic capacity (the maximal accumulated oxygen deficit) and VO2max was evaluated. After the training, the anaerobic capacity did not increase significantly (P > 0.10), while VO2max increased from 53 +/- 5 ml.kg-1 min-1 to 58 +/- 3 ml.kg-1.min-1 (P < 0.01) (mean +/- SD). Second, to quantify the effect of high-intensity intermittent training on energy release, seven subjects performed an intermittent training exercise 5 d.wk-1 for 6 wk. The exhaustive intermittent training consisted of seven to eight sets of 20-s exercise at an intensity of about 170% of VO2max with a 10-s rest between each bout. After the training period, VO2max increased by 7 ml.kg-1.min-1, while the anaerobic capacity increased by 28%. In conclusion, this study showed that moderate-intensity aerobic training that improves the maximal aerobic power does not change anaerobic capacity and that adequate high-intensity intermittent training may improve both anaerobic and aerobic energy supplying systems significantly, probably through imposing intensive stimuli on both systems.

Références

À lire également du Dr Kin:
Lorsque Seinfeld innove en conditionnement physique…

1.            Medbo, J.I. and I. Tabata, Relative importance of aerobic and anaerobic energy release during short-lasting exhausting bicycle exercise. J Appl Physiol, 1989. 67(5): p. 1881-6.

2.            Tabata, I., et al., Metabolic profile of high intensity intermittent exercises. Med Sci Sports Exerc, 1997. 29(3): p. 390-5.

3.            Tabata, I., et al., Effects of moderate-intensity endurance and high-intensity intermittent training on anaerobic capacity and VO2max. Med Sci Sports Exerc, 1996. 28(10): p. 1327-30.