Publié par

Contamination et suppléments sportifs

Doping-and-History-in-SportsIl n’est pas rare lorsque l’on parle de suppléments sportifs, on associe ce type de produits à des produits dopants ou bien à des risques que de simples suppléments soient contaminés par des substances illicites. Il en résulte une vaste crainte parmi la population et surtout un manque criant de connaissance et parfois même de logique.

On observe un discours alarmant chez de nombreux spécialistes qui clament haut et fort que les suppléments sportifs sont complètement inutiles pour l’ensemble de la population et que, pire encore, ils pourraient causer de sérieux problèmes de santé. En achetant un supplément sportif, vous pourriez facilement consommer des stéroïdes et en subir les conséquences (ces notions sont même enseignées dans certaines universités). Il n’y a pas place pour la nuance…

Je sourcille toujours lorsque je suis confronté à ce discours, car je réalise qu’on pèche par un généralisme criant. Affirmer que les suppléments sportifs sont totalement inutiles est mal comprendre les principes de base de l’utilisation de suppléments sportifs. Un supplément sportif est un produit qui répond généralement à un besoin très spécifique associé de près ou de loin à l’activité physique. Une boisson glucosée prise pendant un effort vise à fournir une source d’énergie rapidement utilisable pour l’effort dans des concentrations optimales, qu’il s’agisse d’un coureur d’élite ou bien de ma mère qui cherche à terminer son jardin avant que la pluie ne tombe. Les quantités seront différentes simplement parce que les exigences énergétiques propres aux 2 tâches diffèrent en termes de dépense énergétique. Certains diront que ma mère peut prendre un jus de fruit ultra bio fraîchement pressé pour y arriver, car il s’agit d’une boisson plus nutritive qu’une simple boisson contenant du sucre et des électrolytes. Oui et non. Et si ma mère, grâce à son alimentation quotidienne équilibrée, avait tous les micronutriments nécessaires à son quotidien et qu’elle n’avait besoin que d’une quantité de sucre et d’électrolytes pour mener à bien sa besogne extérieure? Autre élément à considérer, il est très difficile de bien comptabiliser la valeur nutritive de son jus ultra bio fraîchement pressé et d’ajuster la quantité à ses besoins.

Certains (et surtout certaines) me diront que la vaste majorité de la population souffre d’une alimentation qui n’est pas optimale (contrairement à ma mère) et qu’il serait préférable de fournir une boisson très nutritive plutôt qu’une boisson sportive. Ce raisonnement détourne l’attention de la problématique réelle qui est caractérisée par une alimentation au quotidien qui serait déficiente. L’intervention nutritionnelle devrait plutôt viser à améliorer la qualité nutritive des repas plutôt que de tenter de faire du rattrapage (plutôt inefficace) avec une boisson « nutritive » lors d’une activité physique intense. L’objectif de la boisson glucosée est de répondre précisément aux exigences de la tâche, pas de guérir une sinusite.

Les suppléments sportifs ne sont pas des agents de santé holistique comme peuvent l’être les fruits et les légumes. Il s’agit d’éléments spécifiques qui répondent à des besoins spécifiques qui ne sont pas forcément l’exclusivité des sportifs. Non, les suppléments sportifs ne sont pas nutritifs, car ce n’est pas leur rôle. Ils agissent de façon spécifique pour adresser une réalité spécifique associée à l’activité physique (pas exclusivement au sport de haut niveau, certains suppléments sportifs ont déjà été employés pour tenter de traiter des pathologies incapacitantes comme le parkinson).

Note au lobby anti-supplément : arrêtez d’affirmer que les suppléments sportifs ne sont pas nutritifs, ce n’est pas leur rôle. C’est comme d’affirmer qu’une aspirine ne guérit pas le cancer, le VIH et est uniquement efficace pour les maux de tête alors il ne faut jamais en prendre.

Afin d’utiliser un supplément sportif efficacement, il faut connaître son action et surtout, à quel (s) besoin (s) il répond. Sans cette information, il est inutile, voire risqué, d’utiliser un produit.

Mais, malgré la connaissance de l’action de produit, n’y a-t-il pas des risques de consommer des stéroïdes sans le savoir? Oui, bien sûr, mais ça fait partie du jeu. Bien sûr que non!

L’argument des produits contaminés aux anabolisants ou autres remonte à plusieurs années déjà où quelques études scientifiques avaient identifié des suppléments sportifs qui contenaient des substances prohibées (principalement des anabolisants) aux yeux du comité olympique. Donc, l’ensemble des suppléments sportifs contient forcément des produits dopants pouvant être dangereux pour la santé. C’est le message qui est bien souvent enseigné dans certains établissements académiques. Je me suis penché sur certaines de ces études, plus particulièrement sur la méthodologie et sur les produits ciblés. Il s’agissait de suppléments sportifs très particuliers et surtout des produits que l’on retrouve à l’intérieur d’un éventail assez restreint de produits (Tribulus Terrestri, Chrysine, Guarana, etc.). Entre 3 et 25 % de ce type de produits étaient contaminés par des anabolisants bas de gamme en quantité variable, mais suffisante pour échouer un test antidopage. Donc, forcément tous les suppléments sportifs sont à risque.

Note au lobby anti-supplément : sachez que certains anovulants ont également été contaminés par des anabolisants et qu’ils ont occasionné des cas de dopage pour certaines athlètes. Il faut donc arrêter le commerce d’anovulant…

Business is business… Ce sont des compagnies qui veulent faire de l’argent à tout prix qui risquent d’inclure des produits dopants dans leurs suppléments sportifs. Il faut donc qu’il y ait profit. Il serait donc surprenant que l’on retrouve pour 60 $ d’anabolisant dans un pot de protéines vendu 45 $. Par contre, il serait judicieux de questionner la teneur du nouveau produit miracle pour le gain de masse musculaire vendu sur Internet au bas prix promotionnel de 120 $ pour 60 comprimés…

Afin d’avoir une meilleure idée des suppléments que vous consommez, prenez donc le temps de vous informer de vos besoins et des actions des suppléments afin de déterminer s’il est utile ou non d’en prendre. Il existe un site très intéressant (consumerlab.com) qui permet d’avoir accès à une très grande quantité d’information indépendante sur le merveilleux monde des suppléments (il faut s’abonner pour avoir accès au détail, mais c’est un prix très raisonnable considérant l’information que l’on y retrouve).

Certes, beaucoup trop de gens consomment inutilement des suppléments. Certes, il existe des produits qui sont contaminés. Cependant, cela ne réduit pas les avantages d’une supplémentation intelligente afin de répondre précisément à des besoins spécifiques et améliorer les performances que ce soit pour le sportif ou la personne âgée. L’important, c’est de connaître et de comprendre, pas de juger sur ce qui nous convient ou non selon nos croyances.

Références

1.            Bloodworth AJ, Petroczi A, Bailey R, Pearce G, McNamee MJ. Doping and supplementation: the attitudes of talented young athletes. Scandinavian journal of medicine & science in sports 2012;22:293-301.

2.            de Hon O, Coumans B. The continuing story of nutritional supplements and doping infractions. British journal of sports medicine 2007;41:800-5; discussion 5.

3.            Deventer K, Roels K, Delbeke FT, Van Eenoo P. Prevalence of legal and illegal stimulating agents in sports. Analytical and bioanalytical chemistry 2011;401:421-32.

4.            Judkins CM, Teale P, Hall DJ. The role of banned substance residue analysis in the control of dietary supplement contamination. Drug testing and analysis 2010;2:417-20.

5.            King DS, Baskerville R, Hellsten Y, et al. A-Z of nutritional supplements: dietary supplements, sports nutrition foods and ergogenic aids for health and performance-Part 34. British journal of sports medicine 2012;46:689-90.

6.            Lun V, Erdman KA, Fung TS, Reimer RA. Dietary supplementation practices in Canadian high-performance athletes. International journal of sport nutrition and exercise metabolism 2012;22:31-7.

7.            Maughan RJ. Contamination of dietary supplements and positive drug tests in sport. Journal of sports sciences 2005;23:883-9.

8.            Maughan RJ, Greenhaff PL, Hespel P. Dietary supplements for athletes: emerging trends and recurring themes. Journal of sports sciences 2011;29 Suppl 1:S57-66.

9.            Maughan RJ, Shirreffs SM. Nutrition for sports performance: issues and opportunities. The Proceedings of the Nutrition Society 2012;71:112-9.

10.          Morente-Sanchez J, Zabala M. Doping in Sport: A Review of Elite Athletes’ Attitudes, Beliefs, and Knowledge. Sports medicine 2013.

11.          Rodek J, Sekulic D, Kondric M. Dietary supplementation and doping-related factors in high-level sailing. Journal of the International Society of Sports Nutrition 2012;9:51.

12.          Thomas A, Kohler M, Mester J, et al. Identification of the growth-hormone-releasing peptide-2 (GHRP-2) in a nutritional supplement. Drug testing and analysis 2010;2:144-8.

13.          Timcheh-Hariri A, Balali-Mood M, Aryan E, Sadeghi M, Riahi-Zanjani B. Toxic hepatitis in a group of 20 male body-builders taking dietary supplements. Food and chemical toxicology : an international journal published for the British Industrial Biological Research Association 2012;50:3826-32.

 

{{ reviewsOverall }} / 5 Utilisateurs (0 votes)
Pertinence0
Nouveauté0
Qualité0
Ce qu'ils ont dit Laisser votre commentaire
Order by:

Laisser votre critique

User Avatar User Avatar
Vérifé
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laisser votre commentaire