Publié par

Les 3 règles d’or de la perte de poids

Je vais tenter de réduire le processus de perte de poids à sa plus simple expression en regroupant le tout sous 3 règles et 10 principes d’action se voulant, je l’espère, différent de ce que nous sommes habitués de lire. La démarche n’est pas simple, mais vous serez à même de constater la logique de la chose à travers les lignes qui vont suivre (enfin, je l’espère).

Première règle : Être conscient

En accumulant connaissances et expérience, je réalise de plus en plus que la conscience est fort probablement l’ingrédient le plus essentiel à toutes recettes de perte de poids. La conscience englobe l’ensemble des perceptions regroupant les facteurs influençant la perte de poids. On peut subdiviser la conscience en sous-éléments, le premier se manifestant par la conscience de la problématique. Il faut être conscient que le principal élément justifiant notre composition corporelle est notre environnement et notre relation avec celui-ci. Nos choix et nos actes sont ce qui dicte en majeure partie notre composition corporelle, ce qui implique qu’ils doivent changer si nous souhaitons modifier cette dernière. Rares sont les victimes d’un surplus de poids.

Principe d’action #1 : Vos actes et vos décisions influencent votre composition corporelle

Principe d’action #2 : Vous devez réaliser que votre composition corporelle est une adaptation que vous pouvez directement influencer

Le second sous-élément de la conscience réside dans la maîtrise de ses perceptions et dans la prise de conscience des composantes de la balance énergétique. Il faut réaliser que le déséquilibre énergétique est le principal moteur des changements de composition corporelle. Si vous vous fiez uniquement à vos perceptions, il vous sera extrêmement difficile de bien comptabiliser les nombreux éléments critiques à votre réussite. Ce que vous croyez juste doit s’appuyer sur des mesures, sur des quantités mesurables tant au niveau de vos apports énergétiques que de votre dépense énergétique en passant par la quantification de votre composition corporelle.

Principe d’action #3 : Stabiliser votre poids vous permet d’établir une première mesure; celle de l’équilibre énergétique. Si votre poids est stable, vous mangez autant que ce que vous dépensez.

Principe d’action #4 : Stabiliser vos apports nutritionnels est plus facile à faire que stabiliser votre niveau d’activité physique. La façon la plus simple (et malheureusement la moins précise) consiste à maintenir vos dépenses ($$) associées à votre alimentation lorsque votre poids est stable. Votre facture globale d’épicerie et de restaurants ne doit plus fluctuer, de cette façon il vous sera plus facile de stabiliser vos apports.

Principe d’action #5 : Mesurer votre activité physique et réaliser rapidement que ce qui importe, c’est ce que vous faites sur 24 h, non pas uniquement au gym.

Principe d’action #6 : Être conscient que les appareils de mesure (activité physique, composition corporelle, etc.) ont leur marge d’erreur et qu’il est possible que leur mesure ne soit pas juste. La balance peut indiquer une prise de poids transitoire (une façon polie de parler d’urine et de fécès), votre podomètre peut ne pas être des plus précis, votre appareil sophistiqué de bioimpédance peut vous induire en erreur sur vos changements de masse maigre et de masse grasse. Vous devez analyser et comprendre vos résultats en les mettant en relation avec les changements que vous avez tenté d’implanter dans votre quotidien et non pas en vous fiant aveuglément aux chiffres.

Deuxième règle : Désirer le changement

Cette règle peut sembler étrange, mais elle est essentielle. Vous me direz que toutes les personnes souhaitant perdre du poids désirent le changement et vous seriez dans l’erreur. La composition corporelle n’est pas le problème, le problème réside dans la relation entre nos actes, nos choix et notre environnement. Désirer une meilleure composition corporelle n’est pas gage d’un désire de changement. Il importe de s’imprégner de la première règle pour réaliser que la recette qui a été appliquée jusqu’à présent nous donne le gâteau actuel et que ce dernier ne nous satisfait pas. Le désir de changement doit être canalisé dans le changement de recette et non dans le changement de gâteau. Vous devez accepter que votre mode de vie n’est pas celui qui convient afin d’obtenir la composition corporelle que vous désirez. En fait, désirer le changement de mode de vie doit prendre le dessus sur le désir de changement de composition corporelle. C’est un peu comme si un cuisinier se campait devant ses fourneaux en espérant ardemment obtenir un différent gâteau malgré le fait qu’il ait employé la même recette. La déception sera grande. Cependant, si le cuisinier se passionne pour son art et essaie méthodiquement de nouvelles recettes, il est plus probable qu’après un certain temps, il obtienne un résultat satisfaisant.

Principe d’action #7 : À l’aide des mesures effectuées, vous devez ajuster votre « recette » et instaurer des changements que vous aimez et qui sont compatibles avec la composition corporelle souhaitée. Si vous désirez un corps svelte et athlétique, mais que vous adorez la sensation de la huitième assiette au buffet chinois, votre mode de vie risque de devoir être dangereusement actif. Vous devrez alors faire un choix : renoncer à votre huitième assiette ou bien renoncer à votre idéal de composition corporelle.

Principe d’action #8 : Il faut savoir être méthodique, accepter les insuccès passagers et doser sa persévérance afin d’aller de l’avant.

Troisième règle : Être honnête enver soi-même et envers autrui

Se mentir à soi-même consiste probablement la pire erreur qu’il est possible de commettre dans un processus de perte de poids. Il est facile de commencer à se déresponsabiliser en couvrant ses traces de mensonges conscients ou non. Vous devez revenir constamment à vos mesures, vous fier à votre raisonnement et accepter que possiblement vos désirs de composition corporelle supplantent vos désirs de changements. Lorsque les changements de composition corporelle ne sont pas au rendez-vous, il est tentant de jeter le blâme sur des éléments externes ce qui constitue une forme active de déresponsabilisation. On fuit l’échec, on extériorise la cause parce que ça ne peut pas être de notre faute. À chaque fois que je pense à ce genre de situation, j’ai le souvenir des paroles d’un de mes anciens entraineurs de baseball du temps que j’étais lanceur : « Don’t give me f »%k?*& excuses, just throw a damn strike or leave the mount with your head down and your heart full of shame ». Traduction : Ce n’est pas le soleil, le vent, la balle ou l’arbitre. Votre lancer, c’est votre responsabilité, votre acte et votre choix (bon, c’est une traduction libre et je maintiens que la balle courbe au coin extérieur était une prise, arbitre aveugle!). Bref, la perte de poids est la responsabilité de l’individu, car s’il est prêt à prendre les compliments et les honneurs du succès, il n’est que juste qu’il soit prêt à prendre le blâme et à se retrousser les manches pour essayer de nouveau avec plus de détermination et plus d’intelligence.

 Principe d’action #9 : Se mentir, c’est comme engraisser de 5 kg, on pense que personne ne s’en rend compte, mais tout le monde le voit que notre pantalon est trop serré…

Principe d’action #10 : Être honnête, c’est accepter que nous sommes les maîtres d’œuvre de notre vie. Il faut cependant accepter les échecs comme étant des rappels que ce que nous avons fait n’était pas tout à fait la solution escomptée. Les succès nous démontrent que ce que nous avons réalisé nous a permis d’atteindre nos objectifs, mais que nous sommes responsables de l’adoption de notre nouveau mode de vie.

{{ reviewsOverall }} / 5 Utilisateurs (0 votes)
Pertinence0
Nouveauté0
Qualité0
Ce qu'ils ont dit Laisser votre commentaire
Order by:

Be the first to leave a review.

User AvatarUser Avatar
Vérifé
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laisser votre commentaire