Publié par

Utiliser les fréquences cardiaques pour déterminer les calories ?

fréquences cardiaques calories

Les fréquences cardiaques sont un outil important, voire essentiel pour paramétrer l’intensité d’entraînement cardiovasculaire (bien qu’il existe d’autres façons de faire). À l’aide de la technologie, il est possible aujourd’hui de mesurer l’activité cardiaque avec la précision d’un ECG à des prix forts raisonnables. De plus, la plupart des appareils d’entraînement cardiovasculaires offrent la possibilité de mesurer également les fréquences cardiaques avec une précision acceptable.

Cette disponibilité soudaine d’information sur l’activité cardiaque n’est malheureusement pas toujours associée à une utilisation adéquate des fréquences cardiaques comme paramètre d’entraînement. Pour trop de gens, les fréquences cardiaques représentent un guide universel et absolu qu’il faut suivre à la lettre et accepter comme certitude inconditionnelle toute information dérivée qui en découle (comme les calories). Ce qui donne lieu à des phénomènes inexpliqués, plus particulièrement au niveau de la dépense énergétique et des fameuses calories issues de la mesure des fréquences cardiaques.

Malheureusement, les cardiofréquencemètres sont désormais plus souvent utilisés pour déterminer les calories que pour observer les fréquences cardiaques. Et, comme il s’agit de technologie, les valeurs doivent forcément être valides et précises. Et pourtant, si la mesure des fréquences cardiaques est valide et précise, on ne peut pas en dire autant de la dépense énergétique. Il est important de comprendre que les appareils ne mesurent pas la dépense énergétique, ils n’en font qu’un estimé à l’aide d’algorithmes plus ou moins sophistiqués. Dans certains cas, on fonctionne à partir du battement pour déterminer une valeur de calorie, dans d’autres cas on utilise le % des fréquences cardiaques maximales pour obtenir la dépense énergétique. Dans tous les cas, il s’agit d’une mesure dérivée qui est sujette à plusieurs sources d’erreur. La plus importante est sans aucun doute le fait que les fréquences cardiaques peuvent être influencées par de nombreux facteurs autres que la dépense énergétique. Par exemple, l’utilisation des fréquences cardiaques pour déterminer la dépense énergétique en musculation peut difficilement fournir des données valides, car les fréquences cardiaques représentent très mal la relation entre l’effort et la dépense énergétique. Elles sont davantage influencées par la résistance périphérique accrue lorsque les muscles contractent que de la dépense énergétique. Donc, si vous utilisez les fréquences cardiaques en musculation, oubliez les kcal. Et pour le cardio? Voyons voir…

Le tableau 1 présente les valeurs simulées de deux jumeaux identiques en tous points sauf pour leur condition physique, lors d’un test progressif. Le premier présente une capacité aérobie impressionnante de 70 mL* kg-1*min-1 alors que le second démontre des valeurs plus sédentaires (35 mL* kg-1*min-1). Chacun d’eux se soumet à un effort progressif par paliers sur un tapis roulant. J’ai simulé une augmentation progressive de l’intensité où les fréquences cardiaques augmentent de façons similaires pour chacun d’eux. Vous pouvez constater que même si les fréquences cardiaques sont identiques, étant donné leur niveau de forme différent, l’intensité absolue du travail réalisé n’est pas la même. Pour le premier, nous observons une vitesse initiale de 14 km/h et une vitesse finale de 21 km/h alors que pour le second nous avons une vitesse initiale de 6.5 km/h et une vitesse finale de 10 km/h.

 

Tableau 1
Tableau 1

La dépense énergétique, dans le cas présent, est influencée par le travail réalisé qui se matérialise par le déplacement du poids sur une distance. Comme nos jumeaux sont identiques (donc même poids pour ceux et celles qui ne suivent pas) sauf pour leur capacité aérobie, le premier pourra déplacer son poids sur une plus grande distance pour une même durée (la vitesse plus élevée) que son frère empoté (moins vite donc, moins loin pour la même durée). Comme les fréquences cardiaques sont identiques, comment le cardiofréquencemètre pourra-t-il faire la différence? Les valeurs de kcal seront les mêmes pour nos deux participants alors que nous avons des écarts considérables entre la dépense énergétique des deux frérots (comparez les kcal/min sur le tableau).

Certains diront que leur modèle de cardiofréquence permet d’entrer le niveau de forme (sédentaire, en forme, athlète, etc.). Cependant, cette classification arbitraire ne peut pas permettre d’ajouter une énorme précision au calcul de la dépense énergétique de par sa nature beaucoup trop vague (difficile d’entrer « sédentaire » dans un calcul de bioénergétique sans induire une grande variation). D’autres affirmeront que leur modèle permet de calculer la capacité aérobie à l’aide d’un savant calcul issu d’une mesure de l’activité cardiaque au repos. Encore une fois, nous observons une grande variabilité dans la détermination de la capacité aérobie, ce qui rend hasardeux sont utilisation dans les calculs pour déterminer la dépense énergétique (de plus, les cardiofréquencemètres que j’ai testés ne semblaient pas du tout tenir compte de ce test pour déterminer la dépense énergétique à l’effort).

D’autres utilisent leur cardiofréquencemètre pour déterminer leur dépense énergétique sur une journée entière. L’idée est à la base brillante, mais malheureusement le résultat est très souvent désastreux. La plupart des manufacturiers de cardiofréquencemètres considèrent qu’il existe une relation linéaire entre les fréquences cardiaques, la consommation d’oxygène et la dépense énergétique. Si cette relation existe lors d’efforts de nature aérobie (cardio) d’une intensité suffisante, elle est totalement absente ou diffuse lors d’activités du quotidien où l’intensité est moindre. Les fréquences cardiaques au quotidien vont fluctuer en fonction de l’humeur, du stress, de la température, etc. Vous pouvez être à 100 battements par minutes parce que vous montez des marches d’escalier au travail ou bien lorsque vous attendez assis dans la salle d’attente du dentiste. Les deux activités démontrent des fréquences cardiaques similaires, mais des dépenses énergétiques totalement différentes. Je m’étais amusé à comparer des valeurs de dépense énergétique provenant d’une Polar AXN700 avec celles issues d’un accéléromètre validé et la différence était monstrueuse (près de 1000 kcal de surestimation pour la Polar pour une période de 24 h).

La morale de cette histoire? Arrêtez d’utiliser vos cardiofréquencemètre pour autre chose que ce qu’ils sont censés faire : mesurer les fréquences cardiaques.

Publié par Laisser un commentaire

Quel appareil brûle le plus de calories ?

Quel Appareil brûle le plus de calories

Encore un billet inspiré directement d’une infopub. Il faut croire que mes sources d’inspiration ne sont pas si nombreuses… Vous êtes-vous déjà posé la question quel appareil brûle le plus de calories? Évidemment que oui, soyez honnêtes!

Nombreuses sont les publicités qui vous font état de la capacité de leur nouvel appareil à brûler plus de calories et donc, d’être forcément plus efficace que n’importe quel autre appareil précédant. En réalité, le nombre de calories brûlées indiquées par un appareil cardio est désormais l’argument de vente numéro un pour ce genre d’équipement. Plus l’appareil en brûle, meilleur il est. Vite, je dois m’en procurer un…

Encore une fois, je réalise que je suis complètement dans le champ! Moi qui pensais que c’était moi qui brûlais des calories et non l’appareil. Suis-je bête? Vous allez me dire que ce n’est pas l’appareil qui brûle des calories, mais plutôt la personne qui est dessus. Donc, l’appareil permet de brûler des calories. Si je comprends bien, certains appareils vont permettre de brûler plus de calories? Ah oui? Pas si sûr que ça…

En fait, l’appareil ne vous permet pas de brûler des calories, car en réalité, vous jouez ce rôle. Ce sont vos capacités qui vont vous permettre de brûler une quantité donnée de calories par entraînement et non l’appareil. En fait, votre capacité à brûler des calories sur un appareil cardio est pratiquement entièrement tributaire de votre capacité aérobie. Plus votre capacité aérobie (ou VO2max ou cardio ou souffle, etc.) est élevée, plus vous êtes en mesure de réaliser du travail. On parle ici de travail au sens physique du terme (vous savez, le cours que vous avez eu au secondaire et que vous détestiez). Plus votre moteur est gros et puissant, plus il trainera votre châssis aisément et plus ce dernier se déplace, plus vous brûlerez des calories. Bref, le nombre de calories que vous dépensez dépend de l’effort que vous faites et non de l’appareil.

Oui, mais Dr Kin, l’appareil elliptique m’indique que je brûle 2 fois plus de calories en 15 min que le tapis roulant. Et vlan dans mes dents! Comment puis-je faire le poids devant un argument béton ? Deux explications possibles :

1)      Vous travaillez plus fort sur l’appareil elliptique que sur le tapis roulant ce qui me laisse croire que vous ne travaillez pas assez fort sur ce dernier

2)      Peut-être, je dis bien peut-être que l’appareil elliptique n’indique pas la bonne valeur de calories? Nonnnnnn! Jamais les compagnies fabriquant des appareils cardio n’oseraient faire une chose pareille…

Malheureusement, comme un des arguments de vente les plus convaincants se situe au niveau des calories pouvant être brûlées, il est tentant de gonfler la note sur les valeurs indiquées sur un appareil. D’ailleurs, posez la question à un adepte inconditionnel d’appareil elliptique et il finira par vous dire qu’il apprécie grandement la quantité de calories qu’il peut brûler sans trop d’effort sur ce type d’équipement. En fait, certains de ces appareils peuvent surestimer jusqu’à 50 % les calories dépensées pour un effort donné. Ça veut dire quoi? Ça veut dire qu’en 10 minutes, vous allez « brûler » plus de calories avec le même effort que sur un autre appareil. Vous comprendrez qu’en réalité, il n’en est rien et que vous vous faites avoir bêtement par un chiffre en lequel vous croyez aveuglément. Vivement la bible du conditionnement physique…

Maintenant, passons à ceux qui vont argumenter qu’ils ont un indicateur externe des calories brûlées grâce à leur rutilant cardiofréquencemètre. Cet outil mesure en réalité les fréquences cardiaques et, à l’aide de savantes équations que les compagnies ne veulent jamais divulguer, ESTIME la dépense énergétique. Donc, à partir des fréquences cardiaques, on détermine la dépense énergétique mais on ne la mesure pas. On suppose alors que les fréquences cardiaques sont un reflet parfait de la dépense énergétique ce qui n’est pas tout à fait juste. Dans le cas de notre exemple comparant un appareil elliptique et un tapis roulant, les fréquences cardiaques sont influencées de façon différente principalement à cause du mouvement des bras. La dynamique du mouvement des membres supérieurs sur un appareil elliptique entraîne une élévation plus importante des fréquences cardiaques. Cette augmentation n’est pas associée à une dépense énergétique plus importante, mais plutôt à d’autres mécanismes de régulation. Notre cardiofréquencemètre nous donnera également une valeur de calories plus importantes alors que la réalité est différente.

Pourquoi je me permets d’affirmer tout ça avec assurance? Parce que je me suis encore une fois amusé à calculer certaines possibilités. Comme mentionné précédemment, votre capacité aérobie est le principal déterminant du nombre de calories que vous pouvez dépenser lors d’un effort cardio. Pour chaque litre d’oxygène que vous consommez, vous brûlez environ 5 kcal. Si vous avez un VO2max de 3L par min, vous pouvez, à 100 % de votre capacité aérobie, brûler environ 15 kcal par min. Un effort à 100 % de votre capacité aérobie, c’est habituellement court (quelques minutes pour les suicidaires, une trentaine de secondes à une minute pour la majorité des gens). J’ai mesuré la capacité aérobie d’une participante (2.44 L par min) et je l’ai installé sur un appareil elliptique avec un cardiofréquencemètre pendant 15 minutes. Voici les résultats :

La mesure du nombre de calories est source de confusion

Comme vous pouvez le constater, il existe un écart assez important entre la réalité et ce qui est affiché. Lorsque vous faites un exercice cardiovasculaire, il ne devrait pas y avoir une différence monstrueuse entre 2 appareils pour brûler une même quantité de calories en un laps de temps identique. 150 kcal en 10 minutes demeure 150 kcal en 10 minutes, la seule différence réside dans votre efficacité à réaliser la tâche. Alors, à moins d’être un morron-moteur (terme affectueux croyez-moi !) sur un appareil et une gazelle gracieuse sur un autre, il ne devrait pas y avoir une différence importante dans votre perception de votre effort et le nombre de calories dépensées.

En terminant, l’indicateur de calories n’est pas forcément une donnée inutile, mais plutôt une mesure qu’il faut utiliser avec jugement et intelligence. Tenter d’augmenter le nombre de calories dépensées, par unité de temps peu importe l’appareil, vous permettra de progressivement augmenter votre intensité de travail. Chose certaine, ce n’est pas l’appareil qui vous fait brûler des calories facilement ou difficilement, c’est vous!