Publié par Laisser un commentaire

Le prix à payer: Lorsque la motivation mène à des blessures d’entrainement

Motivation blessures entrainement

Je ne saurais dire si la tendance est globale ou non, mais j’observe de plus en plus de gens qui s’inscrivent à des épreuves sportives diverses un plus plus tard dans leur vie. Que ce soit des compétitions de CrossFit ou des épreuves d’endurance en course à pied, triathlon, etc., on y retrouve des gens de tous les âges, avec un noyau assez important chez les trente ans et plus. Pour plusieurs, il s’agit du début de leur participation active à un sport, car plus jeunes ils n’ont pas eu l’opportunité de déployer leurs efforts lors d’une compétition ou de sports organisés. Pourtant, la motivation de ces gens peuvent bien souvent mener à des blessures en entrainement.

Pour beaucoup de ces gens, il s’agit d’une opportunité de vivre une ou plusieurs expériences incroyables. Nombreux sont ceux et celles qui veulent se dépasser, performer et parfois même faire compétition pour être parmi les meilleurs. Il s’agit d’une « première » vie sportive vécue dans une partie plus tardive de la vie.

Rien de bien méchant et à première vue rien de problématique à ce que quelqu’un souhaite goûter à la vie d’un athlète un peu plus tard dans la vie. Je m’adresse donc un peu plus à ceux qui commencent un sport plus tardivement dans la vie que des athlètes de longue date qui souhaitent étirer leur carrière sportive (bien que…).

Pourtant, une mise en garde importante se doit d’être prodiguée à ses athlètes en devenir qui n’ont plus vingt ans. Nombreux de ces athlètes voient la finalité (et l’idéalisent), soit la réalisation de leur(s) objectif(s) sportif(s) comme de compléter un marathon ou un Iron Man, comme étant la pièce maitresse de leur parcours. Certains sont en mesure de concevoir que l’entraînement sera en réalité la pièce maitresse de leur réussite. Mais, bien peu considèrent pleinement le prix à payer de vivre la vie d’un athlète.

Être un athlète ne se résume pas à gagner ou perdre, à faire ou ne pas faire une compétition. Être un athlète, même à temps partiel, exige des sacrifices coûteux.

Je réalise qu’il y a probablement une fraction non négligeable des athlètes en devenir mais vieillissants, qui n’est pas en mesure de concevoir le prix réel à payer pour atteindre ses objectifs. Et ici, par prix à payer, je ne parle pas uniquement des efforts à mettre à l’entraînement et lors des compétitions. Je parle de l’ensemble des concessions et sacrifices ainsi que des séquelles qui découlent de la vie d’un athlète. Parce que séquelles il y a.

Selon le bureau des statistiques américain, les athlètes sont parmi les couches de la population qui subissent le plus de blessures (plus de 1000 blessures par tranche de 10 000 individus) avec un taux assez élevé de blessures fatales (22 blessures fatales par tranche de 100 000 individus). Il y a un coût physique à payer qui ne se résume pas uniquement par la quantité de gouttes de sueur à verser pour performer. Personnellement, je ne connais pas d’athlète de haut niveau qui ne soit pas aux prises avec une ou plusieurs blessures. Une visite rapide chez le médecin pour pratiquement n’importe quel athlète de haut niveau se traduira par un diagnostic à peu près identique : Vous êtes en forme, mais vous avez de nombreuses blessures. Difficile à dire si l’athlète est en santé ou non… Les blessures arrivent avec la performance et ce, bien souvent, malgré les meilleures intentions de préparation.

Il y a également des coûts psychologiques à payer.

Certaines personnes voient dans leur performance beaucoup plus qu’un simple temps ou que d’un trophée. Elles y voient une valorisation externe importante ainsi que l’appropriation d’une identité. Si l’acquisition d’une identité caractérisée par des performances sportives peut être bénéfique chez des athlètes plus jeunes, je m’interroge (sérieusement, pas d’ironie, je m’interroge vraiment) sur les bienfaits potentiels chez une personne de 30 ou 40 ans. Alors qu’il est plus facile de « remettre à sa place » un jeune athlète de 18 ans, cela m’apparait plus délicat pour un « nouvel athlète » de 35 ans. Certains de ces athlètes vieillissants ont très peu de bagage sportif et d’expérience de compétition avant de savourer leur premier succès. Ce manque d’expérience sportive peut causer parfois une mauvaise gestion du stress associé aux succès (oui, la gestion du succès est une forme de gestion du stress). Cela peut mener à l’apparition de comportements plus typiques de l’adolescence comme la prise de risque démesuré (orienté généralement vers une performance sportive), la fuite (mise de côté de la famille et du travail au profit de la pratique excessive du sport de prédilection) et même l’apparition de l’influence des pairs sur ces décisions (achat d’équipement hyper haut de gamme parce que l’autre à côté en à un)…

Il y a également un coût social à payer.

J’ai vu des nouveaux athlètes de 40 ans négliger leur famille pour se consacrer à leur préparation en vue d’une performance sportive ne rapportant pas d’argent et n’offrant pas de contrat de publicité. Une compétition bien simple et inoffensive. Lorsque ces gens décident d’allouer près de 25h par semaine à leur entraînement, il faut qu’il y ait une réattribution du temps pour l’ensemble des activités. On ne parle pas d’individus qui ne faisaient rien de ces 25 heures par semaine, mais d’individus ayant déjà un horaire chargé et trouvant parfois difficilement du temps pour leur conjoint/conjointe ou leurs enfants. Il est donc important de considérer le coût social d’un mode de vie d’athlète et surtout de déterminer si l’investissement dans la pratique d’une activité sportive de performance en vaut la peine.

Il existe des différences fondamentales dans la pratique d’un sport en fonction de certaines tranches d’âge, tant au niveau psychologique, physiologique que social. Un corps vieillissant est capable de grandes choses surtout que bien peu de gens se rapprochent réellement de leur plein potentiel athlétique. Pour plusieurs, cela signifie que l’on risque d’observer une belle progression initiale lors des premières performances. Cependant, les capacités de récupérations deviennent progressivement moins productives avec l’âge et les traces d’un entraînement risquent de perdurer plus longtemps et de laisser des séquelles plus facilement que lorsqu’on avait 15 ou 16 ans.

Compléter un marathon, faire une épreuve de course à obstacles, une compétition de CrossFit, c’est bien et c’est bien pour beaucoup de gens. Toutefois, il est important de considérer les risques de la pratique d’un sport dans une optique de compétition ou de performance. Il y a faire du sport et il y a faire de la compétition.

Ne vous méprenez pas, j’encourage les gens, peu importe l’âge, à pratiquer le plus d’activité physique possible et de mettre à profit leurs aptitudes physiques quelles qu’elles soient. Cependant, lorsque l’on parle de performance ou de compétition il est essentiel de comprendre les enjeux en place, la réalité de ce que l’on entreprend ainsi que de nos capacités actuelles et futures. Il est donc très important de faire la distinction entre la pratique d’un sport et la pratique d’un sport dans une optique de performance ou de compétition, le prix à payer n’est définitivement pas le même.

Voici quelques questions à se poser avant de se lancer dans une préparation sportive avec une optique de performance :

  • Pourquoi est-ce que je fais ça ?

(si vous répondez pour le plaisir, vous risquez de déchanter… Si vous répondez pour le défi, assurez-vous de bien connaître les exigences du défi en question…)

  • Pour qui est-ce que je fais ça ?

(presque tout le monde répond habituellement « pour moi ». Si vous le faites pour vous, pourquoi vous inscrire à une compétition avec plein de gens ? Pourquoi ne pas faire la distance de course seul sur un parcours de votre choix pour vous prouver à vous seul que vous êtes capable ? Ou encore, pourquoi mettre sur les réseaux sociaux le résultat de vos entraînements ou de votre compétition si vous le faites noblement pour vous ?)

  • Est-ce que j’ai le temps ?

(si vous vous plaignez de ne pas avoir assez de temps, il va falloir prévoir une réorganisation majeure de votre horaire…)

  • Est-ce que j’en ai les capacités ?

(pour ça, il faut consulter un spécialiste qui sera en mesure de vous faire passer des tests spécifiques à la discipline/sport choisi et de déterminer votre état de départ et une progression réaliste)

  • Est-ce que j’en ai les moyens ?

(ça coûte toujours cher performer)

  • Est-ce que j’ai les moyens si… ?

(si vous vous blessez lors de la pratique de votre sport, avez-vous les moyens de maintenir le train de vie de votre famille et le votre si vous ne pouvez plus travailler ?)

Bonne réfléxion…

Références

  1. Geard, D., et al., Masters Athletes: Exemplars of Successful Aging? J Aging Phys Act, 2016: p. 1-35.
  2. McGuine, T., Sports injuries in high school athletes: a review of injury-risk and injury-prevention research. Clin J Sport Med, 2006. 16(6): p. 488-99.
Publié par

Les 4 éléments clés de la réussite d’une compétitrice de Fitness

Certains affirmeront qu’il existe bien plus que 4 éléments menant au succès lors d’une compétition de Fitness (ici Fitness regroupant les catégories de Modèle Fitness et de Figure). Et ils ont raison. Toutefois, j’ai cherché à regrouper 4 éléments qui sont souvent négligés et qui poussent trop souvent bien des athlètes à faire des choix risqués (lire prendre des produits dopants). Ces éléments sont en fait une base sur laquelle il est possible de s’appuyer pour établir la planification d’entraînement saine et efficace.

Avoir une capacité aérobie adéquate

Il s’agit de l’élément déterminant le plus important pour permettre une diminution optimale de la masse grasse. Une capacité aérobie insuffisante diminue énormément la quantité de calories pouvant être dépensées lors des entraînements. Par exemple, une capacité aérobie de 35 mL* kg-1*min-1 (ce n’est pas très élevé) pour une athlète de 55 kg permettra difficilement de dépenser plus de 380 kcal lors d’un cours de spinning de 45 min. Pourquoi? Parce que la grosseur du moteur détermine la quantité d’énergie qui peut être utilisée. Plus on souhaite perdre du gras, plus il faut être en mesure de créer un déficit énergétique important. La stratégie habituelle consiste à restreindre les apports nutritionnels de façon importante. Cependant, cette façon de procéder réduit également la quantité des micronutriments ingérés ce qui cause bien souvent une diminution des performances physiques par le biais de carences nutritionnelles. Comme les athlètes ont souvent des besoins plus importants pour certains micronutriments (zinc, potassium, etc.), la réduction importante des apports nutritionnels peut s’avérer contre-productive.

Beaucoup d’athlètes de fitness considèrent qu’elles ont un cardio adéquat parce qu’elles sont capables « souffrir » sur des appareils cardio. Souffrir indique seulement que le % de l’effort est élevé et non pas que l’effort est nécessairement impressionnant. Un effort à 90 % de la capacité aérobie est assurément souffrant, mais 90 % de 35 mL* kg-1*min-1 ou de 65 mL* kg-1*min-1 ne résultent pas dans la même dépense énergétique pour une durée donnée. Il est donc essentiel pour une athlète de fitness qui souhaite performer sainement à des bons niveaux de compétition d’avoir une capacité aérobie supérieure. Selon moi, cette capacité aérobie devrait se chiffrer aux alentours de 50 mL* kg-1*min-1 ce qui habituellement confère à l’athlète une vitesse maximale sur un tapis roulant d’environ 14 km/h.

Avoir une force suffisante

Tout comme pour la capacité aérobie, la force est un élément essentiel de toute modification de composition corporelle optimale. Si le cardio détermine la quantité de calories pouvant être dépensées, la force détermine indirectement la capacité à gagner de la masse musculaire par l’entremise de la capacité à imposer une tension mécanique importante. Il s’agit précisément de cette tension mécanique qui initie le processus d’hypertrophie musculaire. La force, d’abord et avant tout une histoire de recrutement nerveux, doit permettre d’imposer une surcharge sur les composantes physiques du muscle. Il est possible que l’on ne soit pas en mesure de soulever plus lourd tout simplement parce que les patrons nerveux ne sont pas suffisamment développés pour recruter efficacement les composantes musculaires lors de l’effort. La « viande » est capable de soutenir l’effort, mais le système nerveux n’est pas capable « d’organiser » le travail musculaire pour effectuer la tâche. En somme, on va au bout de nos forces, mais ce n’est pas assez pour générer un développement musculaire significatif. Il est difficile de fournir des standards de force, mais je vais m’aventurer sur le squat et sur le développé couché (bench press). Une athlète de fitness devrait offrir un ratio de 1.3 sur le squat (donc être en mesure de soulever 1.3 fois son poids sur le squat pour plusieurs répétitions >8) et 0.7 sur le développé couché (donc, 0.7 fois son poids sur le développé couché pour plusieurs répétitions >8).

Être consciente et intègre

Les pièges sont nombreux lors d’une préparation pour une compétition de fitness. Les plus fréquents prennent naissance au plus profond de soi. De petites habitudes, des manies ou des comportements sociaux sont souvent la source d’échec. Il importe à l’athlète d’être consciente de ses habitudes et manies, de les reconnaître et surtout d’assumer l’impact qu’elles peuvent avoir sur la performance. Parmi les habitudes les plus dommageables, on retrouve :

–        Grignoter

Il est possible de grignoter des quantités importantes de calories lors d’une préparation à une compétition. Parce qu’il s’agit de petites quantités à la fois, l’athlète est sous l’impression que les apports sont infimes et surtout contrôlés. Pourtant, ce n’est que rarement le cas. De plus, le stress associé à la compétition peut également venir brouiller les cartes et augmenter drastiquement la fréquence des épisodes de grignotage.

–        Se coucher tard

Retarder l’heure du coucher pour différentes raisons (télévision, réseaux sociaux, etc.) nuit très souvent au sommeil tant en quantité (nombre d’heures de sommeil) que dans sa qualité. Un sommeil inadéquat entraîne souvent des complications au niveau du contrôle de l’appétit et de l’activité physique journalière, rendant la création d’un déficit énergétique pratiquement impossible.

–        Se lever tard

Trop de sommeil, ou plutôt trop de « snoozes » augmente le temps sédentaire dans une journée sans favoriser la récupération. Cette paresse matinale signifie souvent que le sommeil n’est pas de qualité et que le rythme de vie n’est pas propice à la performance. Une augmentation du temps sédentaire réduit la quantité de calories pouvant être dépensées dans une journée, ce qui pousse souvent les athlètes à avoir recours à des diètes de plus en plus drastiques pour arriver à perdre les derniers kilos de masse grasse.

–        Avoir une journée « triche »

Inutile de le rappeler, le terme « triche » n’est pas approprié, car il signifie parvenir à ses fins par des moyens détournés et souvent illégaux. Se doper, c’est tricher. Se gaver de nourriture, c’est dévier de la stratégie prévue pour arriver à ses fins. On s’éloigne de notre objectif. Les journées d’écart planifié sont très souvent problématiques, car elles encouragent une relation malsaine avec la nourriture. On se sert de l’alimentation comme une soupape pour gérer le stress, on glorifie l’alimentation excessive et on qualifie souvent ces journées de journées de vie normale alors qu’il s’agit d’épisodes orgiaques de gavage intensif et abusif. Également, l’utilisation de ce type de journée signifie trop souvent que l’alimentation lors de la période de préparation est sévèrement carencée, trop restrictive ou encore que l’athlète présente des habitudes de vie incompatibles avec celles d’une athlète en compétition (je sourcille toujours quand des athlètes de fitness me disent qu’elles « doivent » garder leur [fusion_builder_container hundred_percent=”yes” overflow=”visible”][fusion_builder_row][fusion_builder_column type=”1_1″ background_position=”left top” background_color=”” border_size=”” border_color=”” border_style=”solid” spacing=”yes” background_image=”” background_repeat=”no-repeat” padding=”” margin_top=”0px” margin_bottom=”0px” class=”” id=”” animation_type=”” animation_speed=”0.3″ animation_direction=”left” hide_on_mobile=”no” center_content=”no” min_height=”none”][s] verre [s] de vin rouge afin de maintenir une vie normale. Non, l’alcool n’est pas synonyme d’une vie normale et est encore moins un outil nécessaire à la performance sportive).

Pratiquer…

Il m’est arrivé à de nombreuses reprises d’être intimidé en arrière-scène par le physique impressionnant d’athlète de fitness pour être amèrement déçu de leur performance une fois sur scène. L’utilisation de mauvaises postures en compétition peut rapidement ruiner tous les efforts fournis lors des semaines de préparation en ne présentant pas de façon avantageuse le physique. Je trouve totalement impardonnable qu’une athlète arrive sur scène sans préparation scénique et artistique. Certaines athlètes réussissent à gagner quelques positions au classement uniquement parce qu’elles sont en mesure de mettre adéquatement et efficacement leur physique en valeur devant les juges. Il n’y a pas de secret pour les défilés et les postures en compétition. Dans un premier temps, il faut trouver un ou une spécialiste qui connait les exigences de la scène. Il faut se méfier de ceux et celles qui s’improvisent spécialistes de poses et défilé. Les arts de la scène sont complexes et il est essentiel de bien connaître les exigences de chacune des fédérations. Également, ce n’est pas parce qu’une athlète a participé à des compétitions que nécessairement elle peut réussir à inculquer des notions de scène à une autre athlète. Les histoires d’horreur sont beaucoup trop nombreuses allant du positionnement inversé (la seule qui pointe dans une autre direction sur l’ensemble des athlètes) à la pose beaucoup trop suggestive permettant de trop facilement imaginer des parties de l’anatomie féminine qui ne sont techniquement pas jugées ni jugeables. Une fois les bases assimilées, la réussite réside dans la pratique, pratique, pratique et finalement pratique. Sans une grande quantité de répétitions dans différents contextes (avec ou sans spectateurs par exemple), les chances d’offrir une belle prestation sont bien minces.

[/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]

Publié par

Acta est fabula

[fusion_builder_container hundred_percent=”yes” overflow=”visible”][fusion_builder_row][fusion_builder_column type=”1_1″ background_position=”left top” background_color=”” border_size=”” border_color=”” border_style=”solid” spacing=”yes” background_image=”” background_repeat=”no-repeat” padding=”” margin_top=”0px” margin_bottom=”0px” class=”” id=”” animation_type=”” animation_speed=”0.3″ animation_direction=”left” hide_on_mobile=”no” center_content=”no” min_height=”none”]

Dans l'ordre Nathalie Guerrier, Priscille Guerrier, Dominic Pharand (athlète de Laura) et Laura Stevenson
Dans l'ordre Nathalie Guerrier, Priscille Guerrier, Dominic Pharand (athlète de Laura) et Laura Stevenson

La pièce est jouée comme dit Auguste sur son lit de mort. La saison 2011 s’est terminée en beauté pour mes athlètes de Fitness. Outre les classements, outre les podiums et les nouveaux statuts de professionnelles, il y a d’autres accomplissements encore plus importants. Elles ont toutes franchi des étapes essentielles pour arriver où elles en sont présentement.

Étrangement, chacune des étapes de leur préparation n’est pas si différente des étapes à travers lesquelles chaque personne souhaitant se remettre forme devrait passer. J’ai donc décidé de présenter la structure de développement que j’applique à mes athlètes et vous serez à même de réaliser qu’il y a d’énormes similitudes avec ce qui se fait, ou plutôt ce qui devrait possiblement se faire avec plusieurs adeptes du conditionnement physique. Voici mes 5 étapes de développement…

[/fusion_builder_column][fusion_builder_column type=”1_1″ background_position=”left top” background_color=”” border_size=”” border_color=”” border_style=”solid” spacing=”yes” background_image=”” background_repeat=”no-repeat” padding=”” margin_top=”0px” margin_bottom=”0px” class=”” id=”” animation_type=”” animation_speed=”0.3″ animation_direction=”left” hide_on_mobile=”no” center_content=”no” min_height=”none”][polldaddy poll=5662890]

Étape 1 : L’intérêt

Avant de s’engager dans toute aventure, que ce soit pour une compétition de Fitness ou bien pour simplement se remettre en forme, il est important de bien identifier l’intérêt réel de tous les partis impliqués, en l’occurrence l’entraîné et l’entraîneur. Chacun doit avec une honnêteté sans faille déterminer avec justesse les motifs réels qui poussent vers l’action. Il est aussi important que l’entraîné connaisse les motivations de l’entraîneur, pourquoi cet entraîneur choisit-il de l’entraîner? Les motivations de chacun doivent être partagées sans retenue afin de jeter les bases essentielles à une relation de confiance solide. C’est à partir de cette relation qu’il est possible d’envisager la suite, aussi difficile puisse-t-elle paraitre à ce stade embryonnaire du projet.

Questions à poser à l’entraîneur :

1)      Pourquoi m’entrainerais-tu?

2)      Quel genre de personne refuserais-tu d’entraîner? Pourquoi?

3)      Quel serait le plus grand avantage pour toi de m’entraîner? Le plus grand désavantage?

4)      Quelles sont tes motivations à m’entraîner?

Questions à poser à l’entraîné :

1)      As-tu une idée de l’ampleur des efforts qui sont requis pour atteindre tes objectifs?

2)      Comment as-tu évalué l’ampleur de ces efforts?

3)      Quel serait le plus grand avantage pour toi que je t’entraîne? Le plus grand désavantage?

4)      Quelles sont tes motivations à t’entraîner?

Étape 2 : La reprogrammation

Cette étape teste sans ménagement la jeune relation de confiance. Jadis, au début du conditionnement physique, cette étape était différente, car chaque entraîné arrivait avec un bagage quasi inexistant en entraînement. Pas de connaissance, pas de mythe ou de mauvaise conception. Un esprit vierge et prêt à accueillir des nouvelles connaissances. De nos jours, cette réalité est dépassée et remplacée par un capharnaüm de concepts, idées, principes et jugements entremêlés qu’il faut ordonner ou encore complètement reprogrammer. J’aime bien repartir sur des bases fraîches avec mes athlètes. La plupart sont des professionnelles du domaine de l’activité physique et leurs connaissances en entraînement sont maintenant indéniables. Cependant, il importe de ne rien tenir pour acquis et d’établir un langage commun qui ne laisse pas place à l’interprétation. Il faut remettre en question l’ensemble des concepts, des acquis et des perceptions. Lorsque je dis intensité, l’entraîné doit comprendre intensité et non pas se résoudre à répondre automatiquement : oui, je travaille toujours fort. Il faut s’assurer que ma perception de son effort est exactement la même que la sienne. Cette étape est étroitement associée à des mesures objectives. Il faut quantifier l’ensemble des paramètres qui sont jugés pertinents au progrès. Quand une de mes athlètes me souligne qu’elle bouge beaucoup, je lui réponds souvent en lui remettant un accéléromètre pour quantifier son niveau d’activité physique pendant 7 jours. Quand une athlète me dit qu’elle pousse suffisamment en musculation, je lui réponds en testant sa force et en lui fournissant des charges d’entraînement. La reprogrammation passe par le réajustement des perceptions en fonction de valeurs objectives. L’entraîné doit complètement réapprendre à s’entraîner, à bouger, à vivre. Ceci ne veut pas forcément dire que tout ce que l’entraîné faisait auparavant était faux, seulement qu’il est impératif de s’assurer que tout était bien (ce qui n’est assurément pas le cas, car sinon, l’entraîné n’aurait pas consulté l’entraîneur…).

Exemple de mesures objectives :

–  Quantification de l’activité physique par accélérométrie

– Analyse de la composition corporelle par mesures anthropométriques selon un protocole rigoureux

–  Analyse de la capacité aérobie par échanges gazeux

– Analyse de la force musculaire (dynamomètre ou tests de force 1RM selon un protocole rigoureux)

– Analyse de la flexibilité (Amplitude passive et active à chaque articulation)

Exemple d’utilisation de mesures objectives pour paramétrer l’entraînement :

– Augmentation du nombre de minutes d’activité physique quotidienne en fonction des résultats obtenus aux mesures d’accélérométrie (compréhension de l’importance du 24 h)

– Identification et quantification des changements de composition corporelle requis (modification à la masse grasse et à la masse musculaire et à partir du désastreux % de gras)

– Identification des plages d’intensité d’entraînement aérobie à l’aide de paramètres objectifs (vitesse en fonction, puissance en Watts, en kcal/min selon le % de la capacité aérobie visé)

– Identification des paramètres de surcharge en musculation (utilisation des résultats aux tests de 1RM pour déterminer les charges d’entraînements)

–  Identification des amplitudes nécessaires au développement de la flexibilité en fonction des résultats obtenus aux mesures de flexibilité active et passive

Étape 3 : Vivre l’adversité

Que ce soit en compétition ou bien à travers le quotidien, chaque entraîné doit passer par une période d’adversité. Pour l’athlète, cela se traduit par apprendre à perdre, connaître la défaite afin de la maîtriser. Pour l’adepte du conditionnement physique, cela se traduit par l’acceptation que la prévision initiale de 6 entraînements semaines jumelés à la vie de famille et le travail n’est peut-être pas réaliste. Dans ces deux cas, il s’agit d’une étape essentielle afin de pouvoir espérer pleinement profiter des  deux dernières étapes. Sans l’adversité, la victoire n’est qu’un cadeau. Sans l’adversité, l’atteinte des objectifs n’est qu’une banalité mondaine. Ce n’est pas dans la victoire que l’on reconnait les plus grands athlètes, mais dans leur capacité à vivre la défaite pour donner naissance à la victoire.

Je vous invite à visionner l’épisode 3 et l’épisode 4 de la série Les Valkyries pour pleinement comprendre le sens de cette étape.

Étape 4 : La conversion et la compréhension

Après avoir canalisé sa motivation dans un élan de changement, après avoir vécu l’adversité, il faut être en mesure d’intégrer l’ensemble des apprentissages et des expériences dans son mode de vie. Il ne faut plus faire l’effort de changer, il faut apprécier et désirer l’effort du changement. À ce stade, le quotidien devient le vecteur de réussite. La vie, les objectifs et la réalité du quotidien sont parfaitement orchestrés afin de permettre de poursuivre le cheminement. L’étape de conversion se définit très bien à l’aide des mesures objectives. Par exemple, la mesure de l’activité physique par accélérométrie révèle une intégration de l’activité physique au quotidien. Lorsque l’entraîné pense ne pas bouger suffisamment, les chiffres indiquent qu’il bouge plus que lors de la mesure initiale. L’entraîné est devenu une personne active non pas uniquement grâce à son entraînement, mais également grâce à son quotidien et à l’intégration du changement. Il en va de même pour l’athlète qui devient un modèle de symbiose entre les différentes sphères de sa vie et celles de la performance. Un véritable équilibre dynamique. Mieux encore, tant l’entraîné que l’athlète comprend ce qu’il fait, car il possède un nouveau bagage de connaissances qui favorisent le développement au lieu de l’emprisonner dans un carcan de mythes et de fausses croyances.

Étape 5 : L’épanouissement

Cette étape arrive souvent lorsqu’on s’y attend le moins, mais elle ne peut survenir que si les étapes précédentes ont été complétées. Il ne s’agit pas nécessairement d’une consécration populaire, la victoire peut très souvent passer à l’écart des feux des projecteurs. Cependant, le passage de chacune de ses étapes assure une victoire qui laisse des traces indélébiles au fond de chacun. C’est le genre de victoire qui inspire autrui, qui permet à tous et chacun de croire qu’il est possible de changer pour le mieux.

Le 5 novembre 2011, j’ai eu l’opportunité d’assister à cet épanouissement.

Je tiens à féliciter Laura Stevenson pour l’obtention du convoité titre de Miss Pro Figure Universe IDFA 2011 et d’être seulement la deuxième Québécoise à remporter le titre. Cependant, outre le titre, la prestation de Laura transcende un passage réussi à chacune des étapes ci-haut mentionnées. Que ton talent et tes efforts soient reconnus à leur juste valeur!

Je tiens à féliciter Priscille Guerrier pour avoir réussi à effectuer un retour à la compétition en 2011 et avoir dépassé toutes les attentes en remportant sa carte professionnelle IDFA en Fitness Model. Plus encore, elle a établi de nouvelles normes en matière de présentation artistique et de prestance scénique.

Je tiens à féliciter Nathalie Guerrier pour s’être efforcée à accepter le changement et à repousser ses limites. Sa cinquième place aux championnats du monde IDFA 2011 dans la catégorie Figure Open démontre sans équivoque son potentiel et sa volonté de progresser.

Pour leur saison 2011, je tiens également à féliciter Lyne Desjardins, Nellie Bilodeau, Julie Champagne et Andréane Fournier pour s’être lancées dans le vide (pour la deuxième fois dans certains cas) et avoir accueilli le changement avec succès. Apprendre à voler n’est pas sans risque, mais vous avez démontré que vous étiez en mesure de prendre les coups et de vous relever. Vous êtes une source d’inspiration pour plusieurs.

La pièce est jouée pour mes athlètes en 2011. Acta est fabula.

[/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]