Publié par

Votre condition physique et la survie de vos vacances

Le discours habituel lorsque l’on parle de la condition physique gravite souvent autour de la santé et de son importance et parfois, mais à mots couverts, de l’apparence physique. Plus rarement discute-t-on de l’importance de la condition physique en vacances. En quoi une excellente condition physique pourrait-elle influencer vos vacances mis à part l’attrait que votre physique pourrait susciter?

En fait, votre condition physique permet potentiellement de transformer vos vacances en vous offrant une multitude de possibilités. Prenons votre capacité aérobie et supposons un instant qu’elle soit digne d’un rondouillet hamster captif de sa cage depuis trop longtemps. Comment pourriez-vous enfourcher votre vélo et découvrir des coins de pays difficilement accessibles en voiture lors d’un séjour à l’étranger? La difficulté de l’effort limite votre autonomie et surtout votre appréciation du parcours. En jouissant d’une capacité aérobie plus élevée, vous êtes en mesure de parcourir plus aisément des distances « touristiques » intéressantes.

Que dire des découvertes que vous pouvez faire en course à pied? Quoi de mieux que de sillonner les rues du Sud de la France en trottinant allègrement au gré des avenues sinueuses et des palmiers? Vous pouvez prendre le temps d’observer et de découvrir une panoplie de détails que vous n’auriez jamais aperçu en voiture (non, je ne critique pas la conduite des Français, mais disons que pour moi les rues étroites et la conduite « courageuse » ne me permettent pas d’apprécier le paysage).

La condition physique est donc un vecteur touristique important qui est trop souvent complètement oublié lors de la planification de vacances ou de séjour à l’étranger. En étant moins en forme, on limite de façon importante ce qu’il est possible de retirer de nos vacances. Détrompez-vous, ici je ne parle pas de s’entraîner en vacances, mais bien de tirer profit de ses aptitudes physiques chèrement acquises au courant de l’année pour profiter de ses vacances.

Courir sur la plage peut être un exercice souffrant ou bien une expérience incroyable. Ce qui distingue les deux, c’est votre condition physique (et les cailloux dissimulés dans le sable). Peu de gens aiment souffrir en vacances, mais imaginez-vous un instant planer sur la plage (non, pas une plage jamaïcaine…) avec aisance et découvrir des kilomètres de plages au doux sable chaud. Pourquoi ne pas essayer de nouvelles activités comme la planche à voile ou le kit surfing? Tout ça est grandement facilité par une capacité aérobie, une force musculaire et une flexibilité adéquates.

En améliorant votre condition physique, vous améliorez votre qualité de vie. Ce n’est pas uniquement pour vos vieux jours, mais bien dans le moment présent que vous pouvez en bénéficier. Si vous économisez pour vos vacances, pourquoi ne pas vous mettre en forme pour faire fructifier pleinement vos économies et profiter un peu plus de la vie de façon active et agréable?

Publié par Laisser un commentaire

Faites-vous le poids? (Comment se peser correctement)

Se peser, perdre du poids, balance, pèse-personne

Pourquoi ne pas parler un peu de la balance, oui, oui, seulement la balance; pas d’algorithme compliqué, pas de mathématique louche ou de fonction oubliée sur d’obscurs boutons de calculatrices scientifiques. Mais, détrompez-vous, ça ne sera pas si simple que ça. Se peser, ce n’est pas simple!
Qui n’a jamais osé grimper fièrement ou fiévreusement sur un pèse-personne habilement positionné dans tout bon vestiaire de centre sportif? Un petit regard furtif à droite, un autre à gauche et on piétine le petit tapis antidérapant de l’appareil pour ensuite jeter un regard rapide sur le cadran. Tout comme l’horoscope du journal, ce qui est indiqué va déterminer votre humeur pour le restant de votre journée. Et si, tout comme l’horoscope, ce qui était indiqué n’était pas toujours tout à fait juste?
Beaucoup de facteurs influencent le poids total et toutes les mesures dérivées du poids comme les mesures de composition corporelle (anthropométrie, bioimpédance, pléthysmographie par déplacement d’air, hydrodensitométrie et j’en passe). On peut observer une source d’erreur provenant de l’individu (vêtements, urine dans la vessie, matière fécale dans le système digestif, petit change qui reste dans les poches, etc.) et/ou provenant de l’appareil (usure, mauvaise utilisation ou tout simplement un gimmick provenant d’une infopub). Bref, votre poids peut facilement varier de ±1 kg sans que votre composition corporelle ne soit modifiée. Cependant, comme les méthodes d’analyse de la composition corporelle les plus fréquemment utilisées (anthropométrie, bioimpédance) en condition physique dépendent fortement de la précision de la balance, on peut se permettre de craindre le pire. Oui et non…
Si le poids est assujetti à une erreur (propre à l’individu qui a omis de prendre sa pause pipi ou bien que l’appareil soit mal calibré), cette erreur se propage à tous les résultats qui découlent de la pesée. Je vous avais promis pas de mathématiques et bien, j’ai menti en voici un peu. Prenons une personne pesant 57.6 kg (réellement, sans erreur) qui désire faire évaluer sa composition corporelle pour connaître sa masse grasse et sa masse musculaire. Commençons par les mesures anthropométriques. Je vous épargne toute la cuisine et je vous sers immédiatement le plat servi sous forme de tableau.

Variation associée aux erreurs de mesure du poids

Nous observons ici une erreur potentielle de l’ordre de ±3 % sur la masse musculaire et de -2.3 % à 1.2 % sur la masse grasse. Et le pourcentage de gras lui, demeure mystérieusement le même. Comment est-ce possible? Il s’agit là de la simple expression de la caractéristique de mesure propre à la plupart des équations utilisées pour déterminer la composition corporelle à partir de mesure anthropométrique. La plupart de ces rutilantes équations transforment de simples plis cutanés, des circonférences et parfois d’autres mesures en densité corporelle. Cette dernière valeur est ensuite subtilement transformée en pourcentage de gras à l’aide d’une autre équation. Vous me suivez toujours ou bien vous êtes vous laissés tentés par un site web au classement moral peu recommandable?
Alors, pour ceux et celles qui demeurent, comme la densité calculée par les équations ne dépend pas (ou très, très peu du poids selon les équations) du poids, le pourcentage de gras qui en est tiré demeurera constant. Mais les valeurs de composition corporelle ne le seront pas. Nous pouvons reprendre le même exercice avec une autre méthode de plus en plus répandue; la bioimpédance. Prenons une autre personne du même poids et voyons voir l’impact d’une pesée malheureuse souffrant d’une variation épisodique de 1 kg. Encore un tableau…

 

Variation associée aux erreurs de mesure du poids

On peut voir une différence au niveau de l’impact d’une erreur provenant de la mesure du poids sur les compartiments de la composition corporelle. Cette méthode d’analyse de la composition corporelle n’utilise pas la densité, mais détermine généralement (toujours selon des équations) la masse maigre (de laquelle il est possible de déterminer la masse musculaire). Mais pourquoi est-ce si important et en quoi cela peut-il justifier un commentaire sur un blogue?
J’aurais dû me poser la question avant de commencer à écrire…
De façon plus sérieuse, la variation de mesure associée aux changements fictifs (causées par des erreurs) du poids est un élément important en conditionnement physique, car il peut très souvent expliquer des évaluations aux valeurs « anormales ». Malheureusement, trop souvent le réflexe est de blâmer un élément mystérieux et obscur (les gênes, les hormones, etc.) pour des changements apparemment contraires à ce qui était attendu. Je vous le dis et je vous le répète, peu importe le prix de l’appareil, il existe toujours une marge d’erreur! Deux conclusions découlent logiquement :

  1. Les conditions de pesée sont très importantes : ventre et vessie vides, minimum de vêtement (et les mêmes pour une pesée comparative), bref dans les mêmes conditions!
  2. Avoir un pèse-personne fiable et valide. Celle-là, elle est moins facile…

La plupart des pèse-personnes situés dans des lieux publics étaient, à l’origine, de très bons outils. Malheureusement, l’usage « public » de ces appareils les affecte beaucoup et le manque de soucis de calibration de la part de leur propriétaire rend leur usage fort hasardeux. Oui, l’explication s’en vient, ne clignez surtout pas des yeux…
Je me suis amusé à peser un poids étalon (non, il ne s’agit pas d’un poids de reproduction de type Starbuck, mais plutôt d’un poids dont nous sommes certains de l’exactitude) le matin sur un pèse-personne situé dans le vestiaire d’un centre de conditionnement physique et j’ai d’effectué la même opération le soir. Croyez-le ou non, mon poids avait pris 3 kg entre le matin et le soir et pourtant, j’étais certain qu’il n’avait rien mangé pendant la journée… Le poids n’avait pas changé, mais, le pèse-personne devait souffrir d’une sérieuse migraine après s’être fait battre à multiples occasions par un groupe acharné d’adeptes du conditionnement physique désireux de savoir s’ils avaient pris ou perdu du poids suite à leur entraînement de la journée…
En résumé, il est important de bien comprendre les méthodes d’analyse de composition corporelle ainsi que les facteurs qui les influencent et surtout comment ces facteurs exercent leur influence! Pour le commun des mortels, la mesure du poids est fort simple et toujours exacte alors qu’en réalité, une grande quantité de facteurs peuvent facilement l’influencer de 1 kg. Soyez donc un peu plus critique et chercher à comprendre ce qui aurait pu causer des variations de poids plutôt que de vous prosterner devant le nouveau dieu Pèse-Personne. Pour conclure, je vous laisse avec un petit exercice à faire à la maison :

  1. Se peser nu en tenant une bouteille d’eau de 1 L
  2. Se peser nu sans ladite bouteille d’eau de 1 L<
  3. Se poser la question pourquoi s’être pesé nu tout en buvant progressivement le contenu de la bouteille (de l’eau, je vous le rappelle)
  4. Terminer sa réflexion simultanément avec l’ingestion de la dernière goutte de la bouteille tout en s’assurant que personne ne vous a filmé (vous êtes toujours nu, je vous le rappelle)
  5. Éviter tout rapprochement avec l’urinoir
  6. Pesez-vous de nouveau et vous aurez pris 1 kg

Abracadabra…